Essentielles et ensemble

Morbihan

Des ressources et du soutien pour les femmes hypersensibles et

créatives qui ont besoin de se reconstruire et se connecter à ce qui les

fait vibrer.

web-Patricia-coul-13

 

Le premier pas pour sortir de la dépendance affective, qui demande du courage,  celui qui m’a apporté l’amour de moi, l’amour tout court celui que je n’avais pas imaginé, c’est accepter de sortir de l’isolement , en demandant de l’aide, à une association, une amie, une personne qui a déjà vécu la même chose. C’est déjà un premier pas pour sortir de la honte, car c’est elle qui nous empêche de tendre la main.    

 Si tu veux savoir comment j’ai fait, je t’offre un pdf où je te donne les premières étapes que j’ai suivies.

 

Qu'est ce que la dépendance affective ?

Je définis la dépendance affective comme une ensemble de comportements visant à rechercher la validation de soi, l’amour de soi, et l’accueil de ses émotions, et son être à l’extérieur de soi, auprès des autres. Les personnes qui vivent la dépendance affective croient qu’elles ne peuvent pas le faire elles mêmes, et elles se heurtent à des relations toxiques, car l’autre, en peut pas nous donner tout ça, il est juste un être humain avec ses propres problématiques, et il a sa vie à vivre.  

  Enfants les personnes dépendantes affectives ont reçu très peu d’attention, et d’affection, et n’ont pas appris à exister. Elles ont appris que les autres sont plus importants qu’elles. Et n’ont pas appris à mettre leurs ressentis, et intuitions au premier plan. 

En remettant la satisfaction de leur besoins entre les mains de quelqu’un d’autre, elles créent inévitablement une relation toxique dans laquelle elles se mettent en fragilité, souvent avec quelqu’un qui prend le rôle de sauveur. Elles ont une peur obsessionnelle d’être abandonnées par ce sauveur.  

 Avec le temps, la dépendance affective prend de plus en plus d’ampleur sur la vie et peut amener à des problèmes de santé ou des mises en danger avec des partenaires violents.  J’en parle pour ma part comme d’une maladie.   

Pourquoi la dépendance affective doit être prise au sérieux?

 

 Les femmes qui n’ont pas conscience des conséquences de la dépendance affective adoptent en général au moins deux stratégies 

– Chercher l’homme de leur vie  avec qui elles “vivront heureuses et auront beaucoup d’enfants” . Elles enchaînent les relations qui finissent par des souffrances émotionnelles intenses. Elles ne peuvent pas rester seules mais vivent mal leurs relations amoureuses. Leur estime de soi diminuent de relation en relation, ce qui les met en risque d’être de moins en moins exigeantes au niveau de leurs relation et peut les amener à des relations qui les mettent en danger, psychologiques, et physiques. 

L’estime de soi diminue, la capacité à prendre soin de soi, de ses proches, de cultiver des relations saines dans le milieu du travail également, la connection à leur intuition s’en retrouve coupée, ce qui fait un cercle vicieux. 

 Décider de s’isoler et de rester seule sans faire de travail sur soi.  

Cela peut être assimilé à une anorexie sociale. Plus nous restons seule, plus nous cultivons la honte, plus il est difficile de sortir de chez soi. Refuser toute relation amoureuse, dans un état de Le risque est d’empirer le manque affectif,  les besoins d’être en lien, de relations sociales, de contribuer au monde  Certains perdent le contrôle de leur vie.       

 

 

 

J’ai essayé les deux  

 Chercher le “bon” partenaire:  j’ai enchaîné les relations, sans vraiment chercher, pensant que l’univers les mettait sur ma route et que je devais les accepter. Finalement, j’ai souffert de plus en plus . J’étais de plus en plus jalouse, aigrie, je pensais savoir mieux que ces hommes ce qu’était vivre de manière saine, j’ai eu des problèmes de santé, et je n’écoutais plus mon intuition.    

 Arrêter les relations amoureuses sans faire de travail sur moi :  j’étais dans le déni, de mes souffrance, et des bons moments passés, et surtout de mon manque d’affection. J’ai eu d’autres soucis de santé.

 

   Malheureusement, beaucoup de femmes croient pouvoir s’en sortir seules, sans voir  personne qui pourrait leur donner un regard extérieur, de là où elles en sont. Nous avons pour beaucoup ça en nous, de vouloir tout faire seule, en plus de la honte, après avoir vécu des relations difficiles.  Honte d’avoir laissé faire, honte de ne pas être partie, d’avoir agit en se dévalorisant pour obtenir des miettes d’affection. 

 

Comment fait on alors pour s'en sortir?

 – Prendre conscience  que vous ne pouviez pas faire autrement dans vos expériences, parce que vous n’aviez pas conscience de vos mécanismes. ILs viennent de traumatismes d’enfance et d’héritages famiiiaux que peut être vous ne voyez pas.   

 – Sortir de l’isolement, car à force de rester seule, vous ne pouvez pas vivre de nouvelles expériences positives, et vous restez sur vos anciennes expériences, vos pensées tournent en boucle.

– Ensuite, il est nécessaire d’accepter que votre reconstruction  prenne du temps. C’est le temps qu’il faut à votre corps et à votre tête pour se reconstruire.

– Apprendre à se mettre en condition, pour guérir, car il y a une attitude, ça s’apprend, jour après jour. C’est apprendre à s’écouter, et à se relier à soi chaque fois qu’une émotion se présente.

– Ensuite, c’est passer à l’action un pas à la fois, pour chaque embuche, chaque sujet, poser les actions que vous pouvez poser, à votre rythme. Ou bien décider que vous n’êtes pas prête, et déléguer, quand c’est possible, ou bien demander de l’aide.

Pour en sortir, je ne connais rien de mieux que:

– Se relier, et parler avec des personnes bienveillantes  qui ont vécu la même chose, qui savent écouter.    

– Procéder un jour à la fois, par petite touche pour chaque domaine de sa vie et dépasser ses peurs ensemble. Pour remonter l’estime de soi.  

– Le regard d’une autre femme qui a vécu la même chose pour vous aider à identifier et sortir des mécanismes qui ont fait que vous en êtes arrivée là.

 -Apprendre ce que c’est que l’amour de soi. 

– Connaître ses talents, ses dons pour se construire une vie qui contribue au bien être de soi et des autres. 

 

Je vous propose


De faire partie d'un groupe de partage pour se soutenir, déposer ses difficultés, entre femmes.
Nous apprendrons ensemble à savoir écouter de manière bienveillante pour ensuite créer un cocon pour chacune.


De faire le point sur vos relations et trouver ce qui se répète pour pouvoir le repérer et l'éviter avant de passer à une autre type de relation.


Apprendre ce que veut dire s'aimer et ce qu'est une relation saine.


Traverser ses peurs ensemble en se soutenant les unes les autres, sans jugement.
Par des actions en groupes ou soutenue par téléphone.


Etre accompagnée par mail pour comprendre de quoi vous avez besoin pour avancer aujourd'hui.