Essentielles et ensemble

Morbihan

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de deux notions qui étaient pour moi inséparables. Pour moi, aimer quelqu’un impliquait de lui être loyal, c’est à dire… de coller à sa manière de faire, ou d’être et de laisser tomber la mienne. Dans le couple ça a été catastrophique. Ca peut paraitre évident, tel que c’est écrit, mais le souci, c’est que je ne mettais pas de mots sur ce que vivais, je n’y arrivais pas.

En amitié, j’ai beaucoup moins eu le problème car mes amis ont toujours été des personnes avec qui nous échangions librement sans que l’un essaie d’avoir une emprise sur l’autre.

A d’autres moments de ma vie, j’ai eu besoin d’aide, j’ai regardé des vidéos, suis allée voir des thérapeutes, des médiums, j’ai participé à des stages de développement personnel. J’ai littéralement laissé tomber mes ressentis pour adopter les leurs, leurs conseils, espérant que quelqu’un aurait une solution pour m’aider à résoudre mon mal être, mon sentiment de n’être qu’une partie de personne à qui il manquait une jambe et demie pour pouvoir marcher.

En réalité, l’histoire c’est que enfant, je n’ai pas appris que mes ressentis pouvaient être important pour vivre. J’ai reçu des ordres, ou bien on a décidé à ma place, je n’ai pas non plus senti de soutien.

Et c’est cette histoire qui se répétait, sauf que je n’avais plus personne pour me dire ce que j’avais à faire. C’est pour cette raison il me semble que je continuais à fonctionner en mettant ma vie dans les mains des autres.

Pour autant, j’avais du ressentiment envers mes éducateurs, je leur en voulais de ne pas avoir su s’occuper mieux de moi. J’ai entendu: un enfant ne peut pas faire autrement qu’aimer ses parents. Ce que j’ai identifié chez moi.

Image par Denise Husted de Pixabay

Ce que je n’avais pas intégré c’est que je pouvais les aimer, mais je n’étais pas obligée de leur être loyale, que les deux étaient dissociables. C’est à dire que je n’étais pas obligée de faire selon ce qu’ils m’ont dicté il y a bien longtemps.

Il est possible alors de construire une vie différente, un pas à la fois, car apprendre à donner de l’importance à ses ressentis, et même les mettre en premier, peut être très long, quand enfant, personne ne nous a encouragé à le faire, ou quand notre environnement d’éducation a minimisé, voire nié l’importance de nos sentiments.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *